Colza · Alice Baylac · littérature

depuis longtemps que toucher un arbre, arroser une plante, semer une graine, regarder une fleur, ne me donne plus de force. ce qui m’en donne c’est une belle paire de souliers vernis auburn avec deux boucles latérales, un pantalon de costume, une chemise et une pinte de bière à huit degrés. pourtant j’ai fort à parier qu’une paire de monk-shoes et une bière ne me seraient d’aucune utilité dans un champ. je parle d’un rapport de force à l’urbain. je parle d’une sociabilité faite exclusivement d’hommes – ça demande de la force. et notamment matérielle.

 

Au commencement, des escapades dans les champs de colza et la découverte tranquille du corps ; puis le corps vu, projeté, contraint et assigné par d’autres. Comment déconstruire l’hétéronormativité pour parvenir à être soi ? Roman de traversée, Colza s’installe dans les interstices : entre campagne et ville, entre construction d’une identité queer et misogynie intériorisée, entre fantasmagories et amours réelles. Le corps gouine s’élabore au fil de ce périple contre les injonctions patriarcales et sexistes. Ce roman est le récit du trouble : celui de Colza (personnage éponyme), qui a trouvé la liberté de s’inventer et d’écrire sa propre histoire au-delà des normes binaires.

Colza · Alice Baylac · littérature

14,00 €Prix
  • Détails

    120 pages

    13 x 19

    ISBN : 978-2-492642-02-9