Clandestines · Sylvie Pouilloux · littérature

Le médecin du GIS, en blouse blanche sur son costume de ville, a pris place devant Aline, sur un tabouret pivotant. Il a commencé à désinfecter les canules. Les murs du cabinet dégoulinaient de notre sueur commune, le silence cotonneux s’étendait, recouvrant tout. Je me suis sentie doucement partir… Heureusement, j’ai respiré à fond. Je me suis ressaisie. Les murs brillants crème ont repris leur apparence normale. Cet homme n’en menait pas large, c’était logique : l’avortement est interdit et il risquait sa réputation, mais de toute évidence, il savait ce qu’il faisait.

 

Années 1973 et 1974, à la suite du procès de Bobigny. Le mouvement  pro-IVG prend de l’ampleur en France. À Paris, Jane se demande pourquoi ses parents ont éloigné sa soeur, Louise, en Espagne. Aux côtés de Pierre, jeune médecin du Groupe Information Santé, elle cherche des traces de Louise et s’engage à son tour dans la lutte pour l’avortement. Non sans crainte, car son père soutient ouvertement l’association conservatrice Laissez-les vivre. En dépit de l’écart qui se creuse entre elle et sa famille, Jane poursuit le combat et apprend à pratiquer l’avortement clandestin.
Entre enquête et roman historico-politique, ce texte offre un éclairage contemporain sur les années 70, leur effervescence et l’intensité d’un combat toujours d’actualité : la libre disposition de son corps.

Clandestines · Sylvie Pouilloux · littérature

17,00 €Prix