top of page

métacures

littérature

mon sommeil est un long message
de songes aigres et lointains
plus aucun soleil, plus aucune terre
c’est étrange ce calme si blanc
les chants, les eaux, les lignées,
tout retient son souffle
tout est asphyxie

La poésie de Douce Dibondo s’éprouve à double tranchant : d’un côté, la lame incisive vient triturer les violences pour crever l’oppression et souligner la centralité et la puissance des vécus noirs et queers. De l’autre, le dos de la lame trace un espace-refuge où les réparations éclosent dans l’urgence de la guérison. métacures refuse de céder à l’invu, l’insu ou l’indit en réaffirmant le lien entre intériorité et vie. Dans la brèche fine de l’autoengendrement, le texte fait entendre un « je » matériel, dense et sensible où retentit un appel à faire communauté politique. Avec ce premier recueil, Douce Dibondo s’engage par le poème, pose le désir vital de révolutionner le soi et le monde.

Illustration de couverture : Audrey Couppé de Kermadec, sans titre, 2020.

Douce Dibondo_métacures_blast_1e
Douce Dibondo_métacures_blast_1e

press to zoom
Douce Dibondo_métacures_blast_1e
Douce Dibondo_métacures_blast_1e

press to zoom
1/1

12 euros

104 pages

11 x 17 cm

ISBN : 978-2-492642-11-1

Parution le 05/05/2023

bottom of page